Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

27 février 2014 : Lorient, pour défendre l'assurance chômage !

Pour défendre l’assurance chômage, 

Publié le 23 février

 
 
Dans la négociation en cours, les droits des demandeurs d’emploi sont violemment attaqués : intérimaires, intermittents du spectacle, travailleurs précaires de toutes sortes, le Medef et ses acolytes veulent vous faire payer la crise et la flexibilité à outrance, en baissant ou supprimant les droits.
 

Mobilisons-nous toutes et tous !

Le patro­nat, emmené par le Medef, argue que les cais­ses de l’Unedic, orga­nisme gérant l‘assu­rance chô­mage, sont en défi­cit ! Ce n’est pas étonnant vue la situa­tion de l’emploi : le patro­nat a fait le choix de la flexi­bi­lité à outrance, c’est cette poli­ti­que qui cause le défi­cit ! 51 % des entrées au chô­mage sont dues à des fins de CDD et d’inté­rim, et cela coûte 8 mil­liards d’euros, les rup­tu­res conven­tion­nel­les pèsent pour 4,4 mil­liards alors que le défi­cit annuel de l’Unedic se monte à plus de 5 mil­liards d’euros : les comp­tes sont faci­les à faire.
Tout en favo­ri­sant la flexi­bi­lité à outrance, fai­sant bais­ser les salai­res, le patro­nat veut désor­mais trans­fé­rer le finan­ce­ment de la pro­tec­tion sociale aux chô­meurs eux-mêmes et à l’État : c’est cela aussi le coût du Capital que nous dénon­çons ! Il faut au contraire lutter contre la pré­ca­rité et amé­lio­rer les droits, la CGT a des pro­po­si­tions en ce sens, alors que celles du patro­nat visent à détour­ner le sens même de la pro­tec­tion sociale.

JPEG - 210.7 ko

Le Medef veut : 
- sup­pri­mer le régime des inté­ri­mai­res (l’annexe 4) 
- sup­pri­mer le régime des inter­mit­tents du spec­ta­cle (annexes 8 et 10) 
- bais­ser dras­ti­que­ment les allo­ca­tions des plus pré­cai­res qui alter­nent petits bou­lots et chô­mage 
- sup­pri­mer le com­plé­ment d’indem­ni­sa­tion lié à l’acti­vité réduite 
- modu­ler les allo­ca­tions à la baisse si le chô­mage baisse : comme si le deman­deur d’emploi était res­pon­sa­ble de sa situa­tion... ou bien il devra accep­ter n’importe quel petit boulot 
- remon­ter le seuil d’ouver­ture des droits de 4 à 6 mois, excluant encore de nom­breux tra­vailleurs de toute indem­ni­sa­tion, alors que moins d’un chô­meur sur deux est actuel­le­ment indem­nisé.

   27 février à Lorient :

Rassemblement à 10h devant la Chambre du commerce et de l'industrie, quai des indes . Midi : repas chaud ( sandwichs- merguez... )



23/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres